Passer au contenu

/ Faculté de médecine vétérinaire

Rechercher

McIntosh, un squelette pas comme les autres!

Depuis plusieurs années, les professeurs et les cliniciens du secteur de chirurgie équine désiraient avoir un squelette équin monté comme modèle pédagogique. Le seul squelette équin dont disposait la Faculté était dans la salle d’anatomie, loin du CHUV. De plus, âgé de plus de 150 ans, ses articulations étaient un petit peu fatiguées!

Le modèle devait être assez compact pour la salle de ronde sans y occuper trop de place. Ainsi est née l’idée de monter un squelette de cheval miniature. Ce projet d’envergure a demandé la collaboration de nombreux intervenants.

Sheila Laverty a sollicité le propriétaire du cheval à faire un don en nature à la Faculté suite son euthanasie pour des raisons médicales. Le corps du cheval a été morcelé dans la salle de nécropsie du CDEVQ. Les différentes sections ont été bouillies, puis les os ont été recueillis et trempés dans des bains de peroxyde pour les blanchir et les dégraisser, un travail effectué par Sonia Bernier, technicienne en anatomie.

Ensuite, le travail de patience a commencé! Dans chacune des sections, il a fallu démêler le puzzle en s’assurant que tous les os étaient présents et qu’ils étaient au bon endroit. Ce travail a été fait par Pascale Benoist avec la collaboration d’une étudiante de première année, Myriam Lortie-Watkins.

Au terme de cet exercice, nous avons constaté qu’il manquait deux os, un du tarse et l’autre du carpe. Nous avons alors pu compter sur la collaboration de Carl-Éric Aubin et de son associée de recherche, Christiane Caouette, du laboratoire d’innovations CAO en génie orthopédique de l’École polytechnique de Montréal. Ils ont pu, à partir des os des membres droits, faire une image miroir pour recréer les os manquants des membres gauches avec une imprimante 3D.

Tous les os ont été percés et assemblés en sections. La tige métallique épousant la forme de la colonne vertébrale pour soutenir le squelette a été élaborée par Rémi Gauvin, forgeron. Le squelette avait aussi besoin d’une base sur roulettes et de supports verticaux. C’est Yvan Chevalier, menuisier à la direction des immeubles, qui s’est chargé de cette étape. Les départements des sciences cliniques et de biomédecine ont fourni les fonds pour payer l’étudiante. La base sur roulettes a été payée par le département des sciences cliniques.

Nous remercions du fond du coeur tous ceux qui ont collaboré à ce projet, un bel exemple de collaboration entre plusieurs départements et secteurs de la FMV!